27 au 30 Novembre 2018 Lyon Eurexpo

28e salon international des équipements, des technologies
et des services de l’environnement

FR / GB /

Visiter Programme des conférences

Liste des conférences recherchées

6 Résultat(s) trouvé(s) pour :

Organisateurs OPQIBI

Rôle et apport de l’ingénierie dans le commissionnement des installations techniques d’un bâtiment

Mardi 29 nov. 11h20
12h05

Présentation

Français

Issu du langage de la marine, le commissionnement est : ‐ l’ensemble de tâches pour mener à terme une installation neuve afin qu’elle atteigne le niveau des performances contractuelles et créer les conditions pour les maintenir ; ‐ la mise à disposition des clients et/ou des usagers de la documentation et des instructions d’utilisation et de maintenance, incluant l’initiation ou même la formation des intervenants. Certains le pratiquent sans le nommer ; certains en font l’impasse. Et pourtant, il est absolument indispensable au bon fonctionnement des ouvrages et de leurs installations. Aujourd’hui, tous les bâtiments livrés, petits ou grands, ont une certaine complexité et sont soumis à une exigence de performance. On ne peut plus se contenter de réalisations et mises en service approximatives. Maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, entreprises de réalisation (installateurs) et exploitants : tous doivent intégrer cette étape de commissionnement. Si le commissionnement incombe aux installateurs, il exige une véritable ingénierie du commissionnement pour les accompagner, parce qu’il s’agit d’un processus qui commence bien avant le choix des entreprises pour se terminer au début de l’exploitation du bâtiment. Quel est le rôle d’une telle ingénierie ? Quelles compétences nécessite-t-elle ? Telles seront les principales questions abordées lors de cet atelier, en se basant sur des cas concrets. Conférence co-organisée avec CINOV

Organisateur : OPQIBI

Réaliser un audit énergétique utile et de qualité dans l’industrie

Mercredi 30 nov. 14h05
14h50

Présentation

Français

Par-delà l’obligation introduite par la loi n° 2013-649 du 16 juillet 2013 complétée par le décret et l’arrêté du 24 novembre 2014, la réalisation d’un audit énergétique doit être une démarche gagnante et valorisante pour une entreprise. Elle doit lui permettre d’enclencher un mouvement vertueux d’économies d’énergie dont les répercussions sont importantes et bénéfiques : réduction des coûts de production, amélioration de sa productivité, promotion d’une image citoyenne et responsable, … Sur quoi repose la réussite d’un audit énergétique de qualité ? Quelles sont les étapes nécessaires d’un tel audit ? Comment identifier et sélectionner des prestataires compétents ? Telles seront les principales questions abordées lors de cet atelier en se basant sur des cas concrets. Conférence co-organisée avec l'ATEE et CINOV

Organisateur : OPQIBI

Quelles prestations d’ingénierie pour une gestion optimisée des sites et sols pollués (SSP) ?

Jeudi 1 dec. 13h10
13h55

Présentation

Français

La gestion des sites et sols pollués (Gestion SSP) présente des enjeux fondamentaux en termes de santé publique, de sécurité, de maîtrise des risques environnementaux et de développement durable. Elle est à la croisée de différentes législations et réglementations : Code de l’environnement, Code de l’urbanisme, Code du travail, Code de la santé publique, Code civil, … S’ils disposent aujourd’hui de documents de référence pour les aider à exprimer leurs besoins (méthodologie nationale en Gestion SSP et norme NF X31-620 déclinée en 4 parties), les donneurs d’ordre (publics ou privés) qui ne sont pas tous au fait de la problématique SSP, ont besoin de faire appel à des prestataires compétents, qui peuvent répondre à leurs attentes et les accompagner. Il s’agit en particulier de structures réalisant des études en Gestion SSP (dont des diagnostics de pollution des milieux (potentiellement) impactés), et/ou de l’AMO lorsque nécessaire, et/ou de l’ingénierie en travaux de dépollution selon un Plan de Gestion défini. Les métiers relatifs aux sites et sols pollués nécessitent des connaissances multidisciplinaires et une pratique couvrant les domaines suivants : ‐ géologie, hydrogéologie, ‐ physique, chimie, ‐ toxicologie et évaluation des risques sanitaires, ‐ génie des procédés de dépollution, génie civil, ‐ métrologie et modélisation… Comment faire pour identifier les bureaux d’études ayant les compétences et l’expérience nécessaires pour réaliser des prestations en Gestion SSP ? Quelle est l’offre de prestations de ces bureaux d’études sur laquelle une collectivité territoriale, un aménageur, un promoteur ou un industriel, peut s’appuyer en fonction des étapes d’un projet ? Telles seront les principales questions abordées lors de cet atelier, en se basant sur des cas concrets. Conférence co-organisée avec l'UCIE

Organisateur : OPQIBI

Quelle ingénierie pour la mise en œuvre d’actions de restauration de continuité écologique ?

Jeudi 1 dec. 16h15
17h00

Présentation

Français

Notion introduite en 2000 par la directive cadre sur l’eau, la continuité écologique d’un cours d’eau est définie comme la libre circulation des organismes vivants et leur accès aux zones indispensables à leur reproduction, leur croissance, leur alimentation ou leur abri, le bon déroulement du transport naturel des sédiments ainsi que le bon fonctionnement des réservoirs biologiques. En France, plus de 60 000 ouvrages ont été recensés sur les cours d’eau et sont potentiellement des obstacles à la continuité écologique (barrages, écluses, seuils ou encore anciens moulins désaffectés barrent les cours d’eau). Si environ 2 000 obstacles sont utilisés pour la production d’électricité, la grande majorité d’entre eux, en revanche, est sans usage avéré. La directive cadre européenne (DCE), la loi sur l’eau de décembre 2006, le plan national de gestion pour l’anguille et la loi du Grenelle I avec son objectif de mise en place d’une « trame verte et bleue », ont convergé vers la nécessité d’assurer la continuité biologique entre les grands ensembles naturels (trame verte) et dans les milieux aquatiques (trame bleue). Face à ces enjeux, les maîtres d’ouvrage (publics ou privés) ont besoin de pouvoir se reposer sur des prestataires d’ingénierie compétents pour les accompagner dans leurs projets. Comment identifier ces prestataires ? Quelle est l’offre de prestations existante ? Telles seront les principales questions abordées lors de cet atelier, en se basant sur des cas concrets. Conférence co-organisée avec CINOV

Organisateur : OPQIBI

Mener une opération de désamiantage de qualité : rôle et compétences de la maîtrise d’œuvre

Vendredi 2 dec. 11h20
12h05

Présentation

Français

En France, l’utilisation de l’amiante est interdite depuis 1997. Le dispositif réglementaire mis en place par les pouvoirs publics en 1996, et plusieurs fois modifié depuis, est structuré autour des différents objectifs qu’il poursuit : protection de la population (Code de la santé publique), protection des travailleurs (Code du travail) et protection de l’environnement (Code de l’Environnement et autres). De nombreux maîtres d’ouvrage sont confrontés à la problématique « amiante » dans le cadre d’opérations de rénovation ou de déconstruction. Pour les accompagner, ils doivent pouvoir s’appuyer sur une maîtrise d’œuvre spécialisée et de qualité. Quel est le rôle d’une telle maîtrise d’œuvre ? Comment identifier des maîtres d’œuvre « amiante » compétents ? Telles seront les principales questions abordées lors de cet atelier, en se basant sur des cas concrets. Conférence co-organisée avec CINOV

Organisateur : OPQIBI